La Campagne des Douze Mois

Scénario 7 :

"Menue embuscade, sur place"

      Suite à la terrible bataille du pont, le statu quo semblait installé ; en apparence du moins ! Car chacun regroupait ses forces, pansait les blessés et faisait venir ce qui pouvait rester de renfort.

Les dernières  victoires des peaux vertes  leur avaient permis de rétablir la situation mais ils avaient encore besoin de temps pour se réorganiser. Ils attendaient réserves, vivres et matos pour reprendre leur offensive, et plusieurs convois étaient d’ores et déjà en route vers le front.

Bien qu’exsangues par les pertes accumulées, les Sylvaniens aussi regroupaient leurs forces. Mais la Baronne de Sylvanie ne voyait pas la passivité comme une option envisageable, aussi envoya-t-elle un nouvel ordre : à défaut de pouvoir reprendre l’initiative, les défenseurs devaient entreprendre des actions de guérillas sur les arrières des envahisseurs !

Cependant les troupes régulières encore en état de combattre étaient bien trop insuffisantes pour cela ! Les milices étaient sur le pied de guerre depuis le début et combattaient déjà aux cotés des réguliers. Les levées locales avaient partout été mobilisées, et les civils avaient déjà payé un lourd tribut à la guerre. Quant aux mercenaires, tous ceux disponibles avaient été embauchés sans regarder à la dépense ! Que restait-il ?...

      En ce mois de Erntezeit, au cœur de l’été, la chaleur était totalement accablante, et de mémoire d’homme, peu de Sylvaniens se souviennent d’un été aussi harassant.

Une trêve ponctuelle semblait même avoir été établie, bien qu’en réalité, celle-ci n’était due qu’au manque d’effectifs dans les deux camps. Alors que chacun regroupait ses troupes, les derniers renforts affluaient de de part et d’autre, pour ce qui se profilait comme une dernière et ultime bataille lors de laquelle toutes les forces seraient jetées.

Toutefois, en attendant, et suivant les directives de la Baronne de Sylvanie, quelques actions de guérillas étaient menées sur les lignes arrières contre les peaux vertes rejoignant le front.

Tronçon de sentier ou a eu lieu l’embuscade des hors-la-loi sur le convoi peau verte.

Déploiement

des peaux vertes :

Le convoi de ravitaillement des peaux vertes est conséquent, car outre les chariots de vivres, d’armes et autres, plusieurs régiments rejoignent également le front !

La pléthore de peaux vertes, essentiellement des gobelins, servent d’escorte au convoi, tout en allant grossir les rangs des forces de Grosstorgnoll pour l’assaut final.

Le convoi s’étire le long d’un sentier sauvage perdu en forêt, et sous un soleil de plomb !

Un régiment de chevaucheurs de loup ouvre la marche, prêt à donner l’alerte au moindre danger.

Les précieux chariots cheminent dans la file, chacun protégé par une unité.

Jagouar Parésseu, propriétaire des chariots ; et juste derrière lui, le redouté Anzo, chef du convoi, à la tête de ses terribles Gars d’la Pègr’ !

Déploiement

des Sylvaniens :

Dezzoto a installé son canon au loin, dissimulé près du sentier, de manière à pouvoir tirer en enfilade sur le convoi en approche !

Dans un bosquet à proximité se sont cachés les Schwartzpearls, de manière à barrer la route tout en couvrant le canon.

Les autres éléments hors-la-loi se sont embusqués de part et d’autre du sentier.

Sur un coté du sentier le Capitaine Alwinda à la tête de ses Frères de la Rive. A sa gauche quelques Flèches Noires, et plus loin sur sa droite les Nains pirates.

De l’autre côté, les rudes Kozaky sont cachés dans d’épais fourrés.

Et plus à gauche sont embusqués les membres du Clan Valentina, prêts à fondre sur l’arrière du convoi.

Malgré un ennemi largement supérieur en nombre, les hors-la-loi, certainement poussés par l’appât du gain, s’apprêtent à donner l’assaut !...

Alors que les peaux vertes avancent en file indienne, de toutes parts les cris résonnent soudainement, révélant aux peaux vertes qu’ils sont victimes d’une embuscade !

TOUR 1

Sans plus attendre,

de part et d’autre du sentier, le piège se referme sur le convoi !

​Le Capitaine Alwinda et ses pirates se ruent en direction des archers orques, alors qu’à coté les Walross menés par Long John Mithril, plus courts sur pattes, émergent de leur bosquet.

De l’autre côté du sentier, les Kozaky se rapprochent au pas de course de la tête du convoi …

Quant aux membres du Clan Valentina, ils menacent courageusement l’unité du chef gobelin.

Pedro tonne en amont !

Les premières victimes peaux vertes de l’embuscade sont fauchées par le boulet de canon, qui dans sa course réduit à l’état de pulpe un éclaireur sur loup, et cinq gobelins mineurs derrière eux !

Les Schwartzpearls épaulent leurs arquebuses et visent la même cible, tuant un second chevaucheur de loup, malgré la portée extrême.

La demi-douzaine de Flèches Noires envoie une volée sur le troupeau de squigs, tuant une des bêtes.

De manière miraculeuse aucune dispute n’éclate chez les peaux vertes. Les gobelins comprennent probablement qu'étant ainsi encerclés, leur salut ne peut être dans la fuite ! C'est pourquoi les différentes unités réagissent promptement en faisant face aux nombreuses menaces qui les cernent de toutes parts !

Les éclaireurs sur loups s’élancent en avant pour tenter de fondre sur les servants du  canon avant qu’ils ne massacrent tout le convoi en file indienne !

Les trois chariots prennent la fuite du même côté, espérant échapper à l’encerclement.

Les chevaucheurs de loups qui fermaient la marche profite de la célérité de leurs montures pour prendre à revers les Nains pirates !

Les Zarchés d’Ooglook et les squigs font face au Capitaine Alwinda et ses flibustiers.

Les Zappas, peu rassurés malgré leur nombre, pivotent fébrilement en direction des Kozaky vociférants.

Anzo et ses Gars d’la Pègre suivent la direction des chariots, menaçant les zumins qui voudraient s’en emparer.

Les gobs sur loups de fin du convoi font preuve d’une maladresse stupéfiante en ratant leurs cibles pourtant à quelques mètres !

TOUR 2

Poussant leurs cris barbares, les Kozaky chargent les gobelins mineurs.

Les Frères de la Rive se ruent sur les archers orques, qui décochent leurs flèches en réponse avant de réceptionner la charge, tuant l’un des pirates.

Les Valentina font main basse sur le chariot des vivres tout proche, et le reversant, son cocher gobelin s’enfuira à toutes jambes !

Cette razzia les met à portée des redoutables gobelins d’Anzo tout proches !...

…Malheureusement, les Nains pirates qui devaient justement charger cette unité là dans le dos sont trop courts, et ne parviennent pas à engager l’ennemi.

Les éclaireurs gobelins tombent dans le piège des pirates en amont du sentier et se retrouvent sous leurs feux croisés !

C’est un massacre ! Un boulet de canon tue deux gobelins, alors que les Schwartzpearls proches en fauchent quatre de plus !

Sans surprise, les deux derniers survivants détalent à toute vitesse !

Les Flèches Noires abattent à nouveau un squig.

Les Valentina pivotent pour faire face à l’inévitable charge du régiment des guerriers gobelins tout de noir vêtus.

Terrorisés, les Zappas s’apprêtent à défendre leurs misérables vies !

Melchior le colosse Kozaky défi le chef des gobelins mineurs, ce dernier tente de le blesser avant qu’il n’abatte sa lourde hache, mais n’y parvient pas, et finit découpé en trois !

Des dizaines de coups vicieux pleuvent sur les montagnards, et quatre d’entre eux succombent face à cette pluies de couteaux rouillés, la réplique de leurs armes lourdes massacre cinq gobelins. Leur nombre étant leur salut, les Zappas tiennent bon !

Au centre du convoi, le Capitaine Alwinda défi Ooglook, et décharge ses deux pistolets à bouts portants, ne laissant aucune chance à l’orque, réduit en charpie avant même de comprendre ce qui lui arrivait !!

Mais les orques sont plus solides que les gobelins, ils encaissent la charge et gagnent le corps à corps. Toutefois les Frères de la Rive sont eux aussi d’une autre trempe, et ne cèdent pas d'un pouce.

Les piégeurs deviennent les piégés, alors que les gobelins aiguillonnent leurs squigs pour charger de flanc Alwinda et ses pirates !

Anzo et ses racailles se ruent sur les Valentina exposés après leur prise du chariot de vivres.

Mais le pire à venir est pour les Nains pirates qui se retrouvent à la fois chargés de flanc par les lanciers gobelins, et de dos par les chevaucheurs de loups !!

Les deux autres chariots du convoi poursuivent leur fuite, s’éloignant de tout danger potentiel.

Partout le long du sentier, les hors-la-loi sont submergés par des adversaires qui s'avèrent bien trop nombreux !

Victimes de leur lenteur, les Walross seront les premiers à tomber dans ce combat totalement inégal.

S’ils font preuve d’une robustesse propre à leur race, pris de flanc et de revers les Nains ne parviennent pas à tuer le moindre ennemi…

Littéralement submergés sous le nombre, les Walross sont massacrés.

Les squigs s’avèrent encore plus redoutables, déferlant sur le flanc des Frères de la Rive, et conjointement avec les orques tuent dix pirates ! Deux des squigs mordent la poussière pendant que le Capitaine Alwinda sabre un orque, ce qui est bien insuffisant !...

L’unité finira submergée sous les crocs hargneux des squigs, privant les hors-la-loi de leur meneur, dans une embuscade qui semble déjà tourner au vinaigre !

Non loin, les Zappas tuent trois ennemis, la réplique des Kozaky à coups de lourdes haches cause une hécatombe dans les rangs des gobelins mineurs , en fauchant neufs d’entre eux.

Devant leurs congénères massacrés, les pitoyables gobelins tentent de fuir, mais sont tous massacrés. Les robustes Kozaky récupèrent leur icône en guise de trophée.

Sur les arrière du convoi, les Gars d’la Pègr’ font face au Clan Valentina. Les deux belligérants possèdent des nombreux assassins, qui bondissent au premier rang prêts à faire carnage !

De part et d’autres des coups sournois de lames empoisonnées atteignent leurs cibles dans un combat sans pitié ni honneur. A ce jeu, les assassins Valentina prennent le dessus sur leurs homologues, tuant deux des trois Zigouillards, le survivant élimine l’un tueurs professionnels.

Le Petit Chaperon Noir, célèbre assassin des Valentina jette un défi, et Anzo ordonne à son subordonné d’y répondre… Ce dernier sera poignardé par le meurtrier Halfeling avant d’avoir pu frapper.

Un quatrième gobelin est éliminé, mais la réplique des Gars d’la Pègr’ en très large surnombre est virulente ! Le redoutable Anzo boit sa Potion de Force et fait des ravages au premier rang ! Au total sept Valentina jonchent le sol.

Malgré ce rapport de force inégal, les mafieux s’avèrent étonnamment courageux, tiennent bon et demeurent au combat.

TOUR 3

Voyant qu’au loin la situation devient critique pour leur camp, les Schwartzpearls quittent leur couvert et accourent vers l’ennemi sous un soleil de plomb.

Les Kozaky s’approchent du troupeau de squigs en bandant leurs arcs.

Dezzoto pointe Pedro son canon …

…Et le boulet creuse un sillon de mort dans le troupeau de squigs, fauchant trois monstres et un berger.

Les adroits Kozaky décochent leurs flèches, deux autres squigs et un berger tombent sous les projectiles.

Les Flèches Noires alourdissent l’addition avec trois pertes supplémentaires dont deux squigs, ne laissant plus qu'une seule des créatures encore en vie !

Malgré la dissipation des effets de sa Potion de Force, Anzo défi personnellement le champion assassin ennemi. Tout aussi redoutable qu’il soit, le Petit Chaperon Noir n’est pas de taille face au mortel Anzo, et se fait percer à deux reprises par ses lames empoisonnées.

A nouveau, les victimes sont nombreuses dans ce corps à corps sans merci ! Cinq gobelins sont éliminés dont le dernier Zigouillard, mais les Valentina sont submergés, perdant au total sept des leurs, dont un assassin et le Petit Chaperon Noir.

Les quatre derniers Valentina tournent les talons et parviennent à échapper à leurs poursuivants.

Sans doute conscients de leur avantage sans appel, les deux grosses unités de gobelins entament une dispute, chacun assurant être l’unique instrument de la victoire ! Un des Gars d’la Pègr’ est même tué dans le pugilat qui paralyse les deux régiments !

Contre toute attente, les deux survivants des Zélus interrompent leur déroute !

Les derniers bergers aiguillonnent leur unique squig et chargent les Kozaky qui se montrent peu précis lors du tir de contre charge.

Les Sanguinairs déboulent à toute vitesse tout proches des archers cachés sous les frondaisons.

Les archers orques marchent en direction des pirates avec arquebuses au loin.

Bien que hors de danger, le prudent Jagouar Parésseu continue de s’éloigner du sentier.

Le dernier squig mâchonne un Kozaky, mais la dure réplique des montagnards élimine tout ce qui restait du troupeau.

TOUR 4

Les derniers Valentina quittent le lieu de l’embuscade.

Les Kozaky chargent les archers orques, subissant deux pertes durant leur assaut.

Malgré le massacre, les Schwarzpearls veulent à tout prix en découdre, et continuent leur approche au pas de course !

En retrait plus au loin, le canon connaîtra son premier incident de tir, sans conséquence grâce au génie de Dezzoto.

Une fois de plus les Flèches Noires font preuve d’une mortelle précision et abattent deux des chevaucheurs de loup, dont le moral flanche, causant la déroute des autres.

Le dernier corps à corps subsistant est à la faveur des archers orques qui décidément se montrent redoutables ! Ils ne perdent que deux des leurs et éliminent cinq Kozaky.

Ce dernier combat a raison des solides gaillards qui sont éliminés dans leur tentative de fuite. Leur blason est capturé par les Zarchés.

Jagouar Parésseu avec son bazar quitte les lieux, alors que le dernier chariot le suit de près.

Les deux Zélus précédemment ralliés sortent eux aussi du périmètre, de crainte d’être victimes des terribles archers dans le bosquet à proximité.

Les Zarchés d’Ooglook ralentissent l’allure pour décocher une volée sur les arquebusiers en approche…

…malgré la distance extrême de leur cible et le soleil de plomb, les orques parviennent à tuer un umin.

TOUR 5

Désormais seuls remparts sur le sentier, les Schwartzpearls cessent leur course et épaulent leurs arquebuses.

Après avoir été remis en état de marche, Pedro tonne à nouveau…

… le boulet éventre la formation d’archers en tuant trois d’entre eux.

Les Flèches Noires abattent un autre orque d’un tir précis.

Un dernier orque tombera sous la volée de plombs des Schwartzpearls. Malgré les nombreuses pertes les Zarchés tiennent leur position.

Les trois derniers gobelins sur loups poursuivent leur déroute en sortant du périmètre, suivit par le dernier chariot désormais totalement en sécurité.

(Oui c'est flou car ils vont vite haha  )

Les deux régiments de gobelins au loin remontent victorieusement  le sentier, tandis que les archers orques au-devant se disputent entre eux pour savoir qui remplacera leur chef tombé au combat !!

TOUR 6

Conscient de la sévère défaite, Dezzoto ordonne une dernière fois de faire feu avant le repli, mais le boulet de canon s’enfoncera dans le sol devant les archers orques sans faire de victime.

Les derniers hors-la-loi réalisent eux aussi l’échec total de l’embuscade et s'apprêtent à effectuer un dernier tir sans conviction sur les orques exposés.

Cette fois même les Flèches Noires ne feront aucune perte…

Tout comme les Schwartzpearls qui sont victimes de la chaleur caniculaire.

D'autres volées d’insultes fusent entre les deux régiments de gobelins, et une lance bien envoyée empalera même un des Gars d’la Pègr’ !

Voulant faire comprendre qu’ils sont maîtres du terrain, les archers orques tuent un autre arquebusier, dernière victime de cette embuscade qui a tourné au massacre des hors-la-loi.

Les peaux vertes ont repoussé leurs assaillants, qui ont subis de terribles pertes.

Un seul chariot a été détruit, et le convoi est ainsi parvenu en grande partie à rejoindre la ligne de front.

0_8ec01_baa44e8f_L.png

      Tout s'était passé très vite. Les boyz marchaient tranquillement en forêt quand tout à coup des zhumains et des nabots était sorti de partout en pétaradant avec leurs pistolets et en lardant de flèches les rangs désorganisés des peaux-vertes. N'écoutant que son courage, Jagouar Parésseu avait dirigé son chariot entre les rangs ennemis pour sauver le précieux matos qu'il devait livrer au Boss des boss des boss des... enfin bref au terrible Grosstorgnoll! Fort de ce mouvement tactique avisé évitant toute confrontation, sauf un stupide halfing joufflu qui avait tenté de s'interposer entre les roues du chariot et le grand large, l'équipage filait droit devant entre les arbres sinistres de la sombre forêt Transylvanienne. Non loin sur sa gauche, l’équipage brinquebalant du chariot d’arme se rapprochait sous les couinements énergiques du sanglier aiguillonné par les coups de kitrou de Skar. Une vingtaine de survivant des Zélus doublaient ventre à terre les fugitifs pendant que Jagouar glapissait après Skar pour savoir où était P’timon. En vain : les glapissements des loups paniqués, les couinements de douleur du sanglier, les salves d’arquebuses et le tonnerre du canon couvrait tout.

 

L’équipé dura un certains temps, quand le garde du corps du marchand gobelin interrompis la rêverie angoissé de son patron (occupé à inventer des excuses pour Grosstorgnoll), en poitant du doigt l’arrière du chariot :

« - Boss ! Boss ! Y lé boyz eud la pègre ki son derrière nous ! Fond euds signes !

- Sales nabots ! Z’en veulent à mon beau chariot  et à mon pognon!

- Veulent p’être juste monter ?

- S’pas un chariot pour les boyz, c’est un chariot pour la camlotte ! »

 

Sur cette pensée humaniste, le gros gobelin se rassit et entreprit d’augmenter le rythme des coups de bâton sur le crâne de Zazu (c’était bien trop dangereux de cogner directement sur Poumbha) afin accélérer le chariot. Mais le troll avait de courte jambes et était plutôt redoutable sur de courtes distances. Le chariot perdait du terrain par rapport aux gobelins de noir vétu.

 

« - Y a le gros Doubl’ Gras qui porte des paquets chef ! Y z’ont p’être du flouz !

- Du flouz ? T’es sûr ? »

 

A ce moment là, le régiment de gobelin s’était suffisamment rapproché pour que leurs couinements essoufflés parviennent aux oreilles de l’équipage.

 

« - Za… Za… Z’attendez nous !

- Il y a pas de place !

- Z attendez nous ! On a… Puf… Arf…

- Allez crevez !

- Des donzelles ! On a piqué les donzelles des zhumains ! »

 

Gémissaient les petits peaux vertes en pointant de concert leurs doigts crochu en direction de l’ogre et de son chargement. Jagouar Parésseu plissant ses petits yeux fourbes et effectivement constata que ce qu’il avait pris pour des sacs était plutôt des jupons gigotant de toutes leur force entre l’étau de fer de l’ogre.

 

« -Freine mais freine bordel ! »

                                                   Merci à Jaguar Flemmard

                                                   du Warhammer Forum pour cet excellent récit !

  • Twitter Metallic
  • s-facebook